Au fur et à mesure que la technologie évolue et s’étend, les interactions évoluent également avec l’émergence de nouvelles tendances. C’est le cas des technologies immersives qui s’intègrent de plus en plus dans notre quotidien, si bien qu’il peut être compliqué de rester à jour en ce qui concerne les termes et acronymes du secteur. Réalité étendue, réalité virtuelle, réalité augmentée et réalité mixte, voici le guide pour mieux comprendre les technologies immersives.

Qu’entend-on par technologies immersives ?

Avant toute chose, il est important de souligner que le marché des technologies immersives n’est pas vraiment récent. Depuis un certain nombre d’années, des solutions dans le domaine existaient, mais étaient beaucoup restreintes à des industries bien spécifiques. On peut citer par exemple le secteur industriel, l’armée ou encore le secteur de la recherche. Ceci pour la simple raison que la plupart de ces solutions nécessitaient de gros investissements. Cependant, ces dernières années les technologies immersives se sont étendues à plus de domaines, notamment grâce au développement des casques de réalité virtuelle grand public.

Par définition, les technologies immersives regroupent l’ensemble des technologies visant à plonger, mettre en situation une personne dans un environnement numérique et avec lequel il peut interagir. Ces interactions sont généralement possibles grâce aux capacités sensorielles et motrices de l’utilisateur. Pour se déplacer dans un monde virtuel, on pourra par exemple utiliser une manette de jeu. Ces technologies englobent la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte et les vidéos 360 °. Mais depuis peu, on entend parler d’un nouveau terme : « la réalité étendue » ou « XR ». De quoi s’agit-il ?

Technologies immersives et réalité étendue (XR)

Depuis environ 3 à 4 ans, c’est le nouveau mot à la mode dans le secteur des technologies immersives, la réalité étendue ou XR pour eXtended Reality. Encore appelée X Reality ou Cross Reality, la réalité étendue désigne les technologies qui permettent de créer des environnements et des objets générés par ordinateur.

Pour faire simple, on peut dire que c’est le regroupement en un seul domaine de toutes les technologies immersives que nous connaissons déjà : la VR, l’AR, la MR et la captation 360 °. La réalité étendue couvre ainsi tout le matériel, les logiciels, les méthodes ainsi que l’expérience qui font la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la réalité mixte, la réalité cinématique et d’autres encore.

L’objectif avec la XR est d’amener les créateurs à être flexibles afin de s’adapter aux différentes technologies immersives qui émergent au lieu de se concentrer uniquement sur un format donné.

Qu’est-ce que la réalité augmentée (AR) ?

La réalité augmentée, AR pour Augmented Reality ou RA (en français), consiste en la superposition des contenus numériques (3D) sur l’environnement réel. De ce fait les solutions d’AR permettent d’interagir à la fois avec le monde réel et le contenu numérique augmenté. Dans la pratique, c’est une technologie qui peut également être utilisée pour remplacer ou réduire la perception de la réalité par l’utilisateur. Une perception altérée sera utilisée par exemple pour effectuer une simulation d’un état oculaire à des fins d’expérimentations médicales.

Pour accéder aux solutions de réalité augmentée, l’utilisateur doit avoir une interface digitale telle qu’un smartphone ou une tablette. Ce type de technologie immersive peut être aussi exploitée via des lunettes ou des casques comme l’HoloLens de Microsoft lancée en 2016. Mais dans ce cas, on parle beaucoup plus de réalité mixte.

La réalité augmentée est l’une des technologies immersives les plus accessibles, puisqu’il suffit d’avoir un smartphone compatible pour pouvoir accéder à des solutions AR. Soulignons même qu’il s’agit du dispositif qui a vraiment permis au grand public de connaître la réalité augmentée à travers le célèbre jeu mobile Pokémon Go ou encore les filtres Snapchat.

Qu’est-ce que la réalité virtuelle (VR) ?

On parle de réalité virtuelle, VR pour Virtual Reality ou RV (en français), pour désigner toutes les expériences immersives via un casque VR ou HMD (head-mounted display). Il est également possible d’accéder à la VR à travers un smartphone qui sera inséré dans un adaptateur VR de type cardboard par exemple.

C’est une technologie qui permet donc d’être totalement immergé dans un environnement virtuel. Celui-ci peut être créé de toutes pièces en 3D ou à partir de prises de vues réelles à 360 °. Dans une expérience de réalité virtuelle, l’utilisateur est totalement coupé du monde réel. Il se retrouve dans un environnement virtuel où il peut tourner la tête à 360 °, explorer tout autour de lui, se déplacer dans l’espace et interagir avec l’environnement grâce à des manettes par exemple.

Ajoutons qu’avec certains casques performants et des écouteurs, il est possible d’atteindre un haut niveau d’immersion. Ceci pour la simple raison que deux de nos principaux sens sont engagés dans l’expérience : la vue et l’ouïe. Les sons émanant des écouteurs coupent du monde réel de telle sorte à ce que l’utilisateur se concentre uniquement sur l’audio de l’expérience VR. En bougeant par exemple la tête, les sons de l’environnement dans lequel vous vous trouvez évolueront également de manière réaliste.

Qu’est-ce que la réalité mixte (MR) ?

La réalité mixte, ou MR pour Mixed Reality ou RM (en français), est quant à elle une technologie qui associe l’environnement réel à des contenus numériques. La spécificité ici réside dans le fait que les deux environnements coexistent et interagissent entre eux. Les éléments virtuels intégrés dans l’expérience seront ainsi en mesure d’interagir avec l’environnement réel.

Contrairement aux expériences de réalité virtuelle, dans une expérience de réalité mixte l’utilisateur n’est pas coupé du monde réel. On peut utiliser ici un casque MR ou des lunettes spécialisées ; l’utilisateur peut ainsi voir à travers ces dispositifs. La position de l’utilisateur est calculée en temps réel et celui-ci peut interagir physiquement avec les éléments virtuels à l’aide de manettes ou par des gestes.

Qu’est-ce qu’une vidéo 360 ° ?

Ayant pris son essor vers la fin des années 2014 notamment grâce aux diffusions sur YouTube, la vidéo 360 ° est un format de vidéo immersif. Il s’agit d’un enregistrement d’une scène du monde réel où l’image est prise dans toutes les directions en même temps. On utilise pour cela une caméra spécifique omnidirectionnelle (encore appelée caméra 360) ou plusieurs caméras distinctes connectées montées en sphère.

Une vidéo 360 ° peut être visionnée avec un casque de réalité virtuelle ou sur un écran 2D. Mais comme vous l’aurez certainement déjà compris, l’immersion sera totale et meilleure avec un casque VR. Il s’agira dans ce cas d’une vidéo 3D (avec un son spatialisé) dans laquelle l’utilisateur choisit l’endroit qu’il désire regarder dans l’espace, défini par une sphère autour de lui. Ici aussi, soulignons qu’il est possible de créer du contenu avec lequel les utilisateurs pourront interagir.

Pour finir, il faut noter qu’il existe 2 principaux types de vidéo 360 ° :

  • les vidéos monoscopiques : ce sont des productions 2D de vraies vidéos 360 °. Même s’il est possible de voir l’espace autour, l’utilisateur n’a aucun effet de l’environnement 3D. On les trouve sur Google Street View ou sur des sites 360 comme YouTube 360 et Facebook
  • les vidéos stéréoscopiques : il s’agit des vidéos 360 ° qu’il est préférable de suivre avec un casque de réalité virtuelle. Elles sont beaucoup plus focalisées sur l’élément VR et l’utilisateur a pleinement le sentiment du monde 3D avec des vues en profondeur et 360 °.

Quelle différence entre ces technologies immersives ?

Pour résumer, retenez qu’avec la réalité virtuelle (VR), le contenu 100 % numérique est accessible en immersion totale vie un dispositif spécifique. Quant à la réalité augmentée (AR), elle superpose le contenu numérique au monde réel à travers des objets virtuels par exemple. Enfin, la réalité mixte incorpore le contenu numérique au monde réel en permettant à des objets virtuels, par exemple, d’interagir avec l’environnement.